Nos revendications

DOLÉANCES

par le groupe de Défense et d’Information
des Chercheurs et Enseignants Non-Statutaires de l’Université de Strasbourg (DICENSUS)

À l’occasion du lancement du mouvement « Sciences en marche », le groupe de Défense et d’Information des Chercheurs et Enseignants Non-Statutaires de l’Université de Strasbourg (DICENSUS) nouvellement créé, qui rassemble des doctorants et docteurs issus de disciplines diverses (démographie, droit, histoire, science politique…) et pour certains élus au sein des différentes instances de l’Université (conseil académique, conseils d’écoles doctorales et de laboratoires), fait part aux autorités concernées – en premier lieu le Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et l’Université de Strasbourg – de ses doléances.

Le groupe demande, de manière générale, l’augmentation de la dotation financière de l’État aux Universités afin de leur permettre d’assurer pleinement leur mission de service public d’enseignement et de recherche.

Concernant les Chercheurs et Enseignants Non-statutaires (CENS) en particulier, les revendications de DICENSUS sont les suivantes :

  • Augmentation significative du nombre de postes, en particulier d’Enseignants-Chercheurs titulaires, afin de répondre aux besoins et de permettre aux CENS qui le souhaitent d’exercer, à l’issue de leur thèse, le métier pour lequel ils sont le mieux formés.
  • Exonération des frais d’inscription pour l’ensemble des doctorants de l’Université, et ce quelque soit leur statut. Les travailleurs au service de l’Enseignement supérieur et de la Recherche n’ont pas à payer pour pouvoir travailler au service de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Contrats

  • Abandon des contrats de vacation au profit de contrats d’enseignement et de recherche à durée déterminée et à temps partiel, signés au moins un mois avant le début des cours, non-conditionnés à l’inscription administrative, sans condition d’âge et stipulant le volume horaire annuel.
  • Augmentation du nombre de contrats doctoraux et d’enseignement (missions d’enseignement, ATER et demi-ATER).
  • Signature automatique de contrats de demi-ATER ou d’ATER au-delà de 90 heures d’enseignement annuel.

Rémunérations

  • Abandon de la durée théorique de 3 ans pour le doctorat, indifférente aux spécificités disciplinaires. Adaptation de la durée des financements en fonction de critères établis par les sections disciplinaires du Conseil national des universités (CNU), seules à même de garantir une évaluation par les pairs.
  • Suivant l’adage « tout travail mérite salaire », prise en compte dans la rémunération des heures réelles de travail effectuées (coordination pédagogique, préparation des cours et surveillances des examens). Limitation du nombre d’heures de surveillance annuelles non-incluses dans le service à 5% du total des heures de service.
  • Pour tout type d’emploi, versement du salaire par l’Université dans le mois suivant la réalisation du contrat, envoi immédiat de la feuille de paie et paiement des cotisations sociales associées.

Conditions de travail

  • Abandon de la politique de suppression des heures d’enseignement au nom des mesures d’économie. Augmentation massive du nombre d’heures d’enseignement avec l’objectif de limiter le nombre d’étudiants par TD à 20, seule condition pour que les enseignements puissent se dérouler dans des conditions décentes et propices à la réussite de tous.
  • Mise à disposition des CENS des moyens matériels nécessaires à leurs travaux de recherche, et ce quelle que soit leur composante. En particulier, mise à disposition de bureaux de manière proportionnelle à la taille des composantes.

Représentation

  • Reconnaissance et représentation des CENS au sein du CNU.
  • Reconnaissance et représentation des CENS au sein du Conseil d’administration (CA) et de la Commission de la formation et de la vie universitaire (CFVU) de l’Université de Strasbourg.

Doléances adoptées à l’unanimité des membres de l’Assemblée générale.